SAUVETAGE : INTERVENTION SUR FAUSSE ALERTE DANS UNE MER DÉMONTÉE

snsm bandol sauvetage
snsm bandol sauvetage

Un appel au CROSSMed déclenche  l’intervention

Il est 11H08 ce dimanche 3 novembre lorsque le CROSSMed engage la vedette d’intervention SNS 164 “SAINT ELME II” de la station SNSM de Bandol.
Quelque instants auparavant, le CROSS vient de recevoir un appel d’une personne à terre qui indique avoir des doutes sur le possible naufrage d’un voilier dans le Sud de l’île Rousse au large de Bandol.

Des conditions météo difficiles

La mer est forte avec une houle de Sud-Sud-Ouest et des creux de 2m50 à 3m. Le vent de secteur Ouest souffle en rafale à plus de 40 noeuds. Dans ces conditions difficiles, les recherches commencent pour tenter d’apercevoir le moindre indice dans la zone.
David Amico, le patron de la vedette se met en rapport avec le sémaphore du Bec de L’aigle à la Ciotat et  demande si de leur côté ils auraient le moindre indice concernant un navire en difficulté ou accréditant la  thèse d’un possible naufrage.  Rien à signaler si ce n’est un voilier qui faisait route à l’Est et se trouverait maintenant en approche du cap Sicié.

Un hélicoptère de la Marine Nationale en renfort

Dans le doute, la décision est prise de demander l’intervention d’un hélicoptère comme moyen supplémentaire de recherche. En approche du cap Sicié, l’hélicoptère de la marine nationale aperçoit un voilier avec son génois qui semble déchiré et qui fait route vers l’Est. Il se met en rapport avec le bateau qui lui répond qu’il ne se trouve pas en difficulté et qu’il continue sa route au moteur.

Après discussion entre les différents moyens de secours, la décision est prise d’interrompre les recherches, le signalement étant vraisemblablement celui du voilier qui, vu du rivage, semblait s’enfoncer lorsqu’il se trouvait dans le creux des vagues. Liberté de manoeuvre est donnée et la “SAINT ELME II” regagne le port de Bandol.

Equipage vedette : David Amico (Patron), Karl Ardeneus, jean-Noël Huvelle, Jean-René Apap, David Brunot, Christian Rubéni, Cédric Thomas, jean-Sebastien Richer, Jean-Philippe Toujas, Dominique Hervé

“INSPIRATIONS” LE LIVRE-ALBUM PHOTOS DE PIERRE PAOLI

Plaisancier aguerri, ayant passé plusieurs fois le Cap Horn à la voile, Pierre Paoli a été Patron titulaire de la station SNSM de Bandol de 2003 à 2016.

Passionné de photo, il nous livre à travers ce livre-album de 92 pages, quelques cent photographies captées au fil de ses inspirations.

Préfacé par Jean-Luc Cercio, Président de la SNSM Bandol, l’album est disponible à la vente au prix de 19,90 €uros.

Dédicacé par Pierre Paoli

Sur demande, à préciser dans la section “commentaire” de la commande, Pierre Paoli dédicacera l’album avec le texte souhaité.

Pour vous procurer le livre-album, 2 solutions :

  • Le récupérer à la Station SNSM de Bandol, du lundi  au vendredi de 9h30 à 12h 
    SNSM – Aire de carénage – Port de Bandol – Tel. 04.94.32.45.57
    Le livre album sera disponible sur place à partir du 6 novembre . 
    (Paiement par chèque ou espèces uniquement)
  • Le faire livrer à l’adresse de votre choix, en France métropolitaine et en Corse.
    (frais d’emballage et d’expédition 6,00 euros)

PORTRAIT DE SAUVETEUR EN MER – XIX- JEAN-FRANÇOIS COTTIN

Jean-François Cottin
Jean-François Cottin

Après une longue carrière dans le domaine maritime, comme directeur de travaux maritimes côtiers (aménagements portuaires, émissaires en mer) sur le littoral méditerranéen français pendant 17 ans, puis comme manager d’opérations et de gestion de moyens navals offshore (barges de travail et de pose de pipe) pour la réalisation de travaux maritimes parapétroliers en Afrique de l’Ouest pendant 18 ans, au sein d’entreprises internationales, Jean François Cottin est venu rejoindre les rangs de la SNSM de Bandol en 2017.

Ingénieur de formation, il participe à la mise en place d’un logiciel de GMAO (Gestion de la Maintenance Assistée par Ordinateur) afin de développer le suivi de l’entretien de la vedette de sauvetage de la station de Bandol.
Mais c’est surtout comme sauveteur en mer embarqué qu’il donne bénévolement de son temps afin de porter secours aux navires et embarcations de tous types en difficulté.
A bord de la vedette d’intervention “Saint Elme II” il occupe le poste de chef de pont. Depuis 2017, il a effectué 154 sorties à la mer, dont 58 de sauvetage, portant secours à 82 personnes.

 

Jean-François Cottin SNSM Bandol

Jean-François, qu’est-ce qui t’as incité à rejoindre les sauveteurs en mer ?    
“A la base, j’ai toujours été attiré par la mer ! Pendant mes études, j’ai passé mon BE de
maitre-nageur sauveteur et je l’ai utilisé pour travailler en saisonnier. Je pratiquais également à cette époque le funboard dès que le mistral se levait, à l’Almanarre et à Brutal Beach (avant la création des épis…). Plus tard, je suis devenu plaisancier pendant 10 ans sur un voilier de 9 m avec lequel j’ai navigué en famille dans notre région et en Corse. Et je n’ai pas lâché la mer au cours de ma carrière professionnelle. Même aujourd’hui, je maintiens à jour de recyclage mon BE de MNS…
Chaque fois que j’apercevais la vedette SNSM dans le port de Toulon où stationnait mon bateau, l’idée de les rejoindre me trottait dans la tête et je m’étais renseigné, mais je n’avais pas la disponibilité nécessaire. « Sortir en mer quand les autres bateaux rentrent au port » pour porter secours bénévolement…c’est une idée séduisante, non ?”

“Les sauveteurs en mer viennent de tous horizons : à Bandol on a des pompiers, marins, militaires, enseignants, artisans, … il y a même un banquier ! Mais c’est un bon mélange, chacun amène ses compétences, son enthousiasme, sa disponibilité et au final l’esprit d’équipe est là. Lorsqu’on part en intervention, on ne sait pas ce qu’on va 

 trouver. L’équipage est concentré, place à l’action, l’adrénaline est là, j’aime ça. Au début, l’astreinte de devoir rejoindre la vedette en 15 mn à tout moment pendant 2 semaines était une contrainte stressante mais je m’y suis habitué, d’autant plus qu’il y a une bonne entente dans notre équipe de chefs de pont pour se relayer en cas d’indisponibilité. J’ai eu la chance de connaître l’ancienne vedette SNS265, puis l’arrivée en 2018 de la nouvelle SNS164 qui nous a demandé des efforts pour nous adapter à ses équipements plus complexes. Le déploiement de la GMAO dans la station est une opportunité qui m’intéresse et je compte m’appuyer à cette occasion sur mon expérience de gestionnaire de flotte.”

Quelle intervention t’as le plus marqué ?
Lors de ma 1ère intervention le 05/03/2017, le Cross nous a engagé pour secourir un bateau signalé à la dérive au large de Bandol. Nous avons localisé le navire et en arrivant sur zone, nous avons constaté qu’il s’agissait d’un voilier démâté avec les voiles arrachées, immatriculé à Palavas. Une combinaison de plongée en train de sécher et de la nourriture se trouvaient dans la cabine qui était ouverte, mais il n’y avait personne à bord. Le Cross avait réussi à identifier le propriétaire, mais son téléphone ne répondait pas. Il y avait une forte présomption que le skipper soit tombé à l’eau en cours de navigation pendant le coup de vent de la veille. Tristes à l’idée de la probable disparition du marin, nous avons remorqué le bateau jusqu’à Bandol. Plus tard, le propriétaire finit par rappeler le Cross : son voilier, au mouillage à La Ciotat, avait rompu son amarre et avait dérivé depuis la veille…Heureuse fin.

 

NOEUD D’OSTREICULTEUR

Noeud d'ostréiculteur


Pour réaliser un nœud d’arrêt, avec une assise importante, par exemple à l’extrémité d’un cordage ou d’un sandow, passé dans l’œillet d’une bâche.