Noeud de Grappin

Ce noeud d’une excellente tenue, est utilisé pour frapper de façon sûre, un cordage sur un anneau, une manille, ou l’organeau d’une ancre….

C’est une variante du « Tour mort et deux demi-clés »

La différence consiste à faire passer la première demi-clé à l’intérieur du tour mort.

 

 
 

Noeud de Trésillon

Lorsque l’on veut exercer une traction importante  sur un cordage, on confectionne une poignée, en introduisant un martyr dans un « bec d’oiseau »

 

 

Qu’il pleuve ou qu’il vente les entrainements continuent

C’est sous la pluie et de nuit que s’est déroulée ce mercredi une séance d’entrainement entre la vedette SNS 164 “Saint Elme II” et l’hélicoptère Panther de la Marine Nationale.

Malgré un plafond bas et une visibilité réduite les exercices d’hélitreuillage ont pu parfaitement se dérouler avec une parfaite maitrise de chaque geste acquise au fil des entrainements successifs.

Max Blot, sauveteur engagé à bord de la vedette nous a transmis son reportage photos.

>> A voir aussi >>

Exercice d'hélitreuillage - SNS164 "SAINT ELME II"

Le Mille Marin et le Noeud – de l’origine à nos jours

Le Mille Marin ou Mille Nautique, plus simplement appelé Nautique, est l’unité de mesure de distance, utilisée en navigation maritime (et aérienne) valant 1 852 mètres. Sa valeur correspond à 1 minute d’angle à l’équateur en latitude.
1 degré vaut 60 minutes, soit 111,111kms (c’est à dire 40.000 kms:360°)
60 secondes équivalent à 1 minute.


La vitesse de déplacement d’un navire s’exprime en Noeud.
1 noeud = 1 nautique/heure soit 1 852 mètre/heure.

Origine de l’appellation Noeud

A l’époque où les instruments de mesure n’existaient pas, la méthode consistait à larguer un cordage composé de noeuds tout les 14,40 mètres (correspondant à 47 pieds et 3 pouces en mesure anglaise), lesté d’un morceau de bois appelé Loch, (ça rappelle quelque chose, non ?) afin qu’il garde un axe de dérive.


A l’aide d’un sablier dont le temps d’écoulement était réglé sur 28 secondes, le marin qui laissait filer la corde entre ses doigts, comptait le nombre de noeuds qui passaient pendant ce laps de temps. Soit 14,40 m : 28 ” = 0,514 m/seconde, soit 1852 mètre/h par noeud écoulé.

Tout ceci était bien entendu assez approximatif, mais de fil en aiguille, ou plutôt de loch en noeuds, nous en sommes arrivés aujourd’hui à mesurer de manière très précise notre vitesse de déplacement dont les données s’affichent sur le…Loch.

Il faut préciser aussi, que l’estimation de la vitesse obtenue à l’époque, était une vitesse surface et qu’il était, de fait, extrêmement compliqué d’évaluer la distance parcourue par rapport à sa route avant d’avoir fait le point.

La vitesse affichée aujourd’hui sur notre Loch, couplé la plupart du temps au GPS, indique la vitesse fond et permet de connaitre à l’instant T la distance réellement parcourue et celle restant à parcourir avant d’arriver à destination.

Seule la pratique de la voile justifie un Loch calibré en vitesse surface.